Les mascottes du foot français


MASCOTTE – Depuis le début des années 2010, la plupart des clubs de l’élite du foot français, en Ligue 1 comme en Ligue 2, ont adopté une mascotte. Revue d’effectif.

La mascotte est devenue un élément d’identification incontournable dans le monde du foot. Depuis 1966, les grandes épreuves de foot, comme la Coupe du Monde, proposent leur personnage symbole principalement destiné à la publicité.

Mascottes football club

Les clubs ont emboité le pas, principalement influencés par les mascottes des franchises américaines de basket, de hockey et de football américain. Les clubs anglais ont importé le modèle en Europe, puis tous les pays du monde ont suivi.

La mascotte d’un club de foot se présente sous deux formes : celle d’un dessin, généralement destiné au publications papier (le print), et celle d’un déguisement enfilé par un comédien pour animer les soirs de matches. Il arrive qu’elle se se décline également en personnage de bande dessinée, voire de dessin animé.

Si certains clubs français (Sedan, Nantes, Monaco…) avaient une mascotte depuis fort longtemps, le phénomène s’est amplifié dans l’hexagone à partir de l’an 2008. A tel point que cinq ans plus tard, les Trophées UNFP, qui récompensent les meilleurs joueurs, entraîneurs et dirigeants du championnat de France écoulé, avait également distingué la meilleure mascotte de Ligue 1.

La conception de mascotte est devenue un marché très rentable pour les agences de marketing.Pour certains clubs français, le personnage choisi ont relevé de l’évidence : ce ne pouvait être qu’un dogue pour Lille, un crocodile pour Nîmes ou un canari pour le FC Nantes, puisque les joueurs sont ainsi surnommés depuis toujours, au même titre que le lionceau de Sochaux et l’aiglon de Nice. Pour les autres clubs, il a fallu se creuser les méninges : Faire référence à l’histoire de la ville ou à une anecdote du club (Monaco, Saint-Étienne…). Pour chacune, il a fallu également trouvé un nom.

Un pionnier nommé Dudule

La première mascotte fameuse du foot français date des années cinquante. Il ne s’agissait pas d’une personne affublé d’un accoutrement ridicule, mais un véritable animal vivant. Lors de leur première victoire en Coupe de France 1956, les joueurs du CS Sedan célébrèrent leur trophée avec Dudule, un magnifique sanglier des Ardennes. Une tradition comparable à celle de Hennes, le bouc du FC Cologne, qui sera perpétuée avec Dora, (Coupe de France 1961), puis Dora II, et enfin Césarine, présentes aux finales de Coupe de France 1999 et 2005.

Riri le Canari 1995

Riri le Canari est sans doute le doyen des mascottes actuelles du championnat de France. Le volatile nantais foulait déjà la pelouse du stade de la Beaujoire dans la deuxième moitié des années 1980. Non content d’animer les avant-matchs, Riri ornait le programme du club où il faisait l’objet d’une bande dessinée signée Eric Sagot. Mais il disparut peu à peu du paysage.

Bouba l’éléphant, qui représente l’AS Monaco, est également une mascotte très ancienne. Il s’agissait à l’origine d’un véritable éléphant, celui du zoo situé tout près de l’ancien Stade Louis-II, utilisé jusqu’en 1985. Les soirs de matches, on entendait ainsi les barrissements de Bouba, certains disent même que c’était sa façon à lui de fêter les buts de l’ASM. Dans les années 70, un supporter s’en inspire pour créer la mascotte du club. Il devient une petite peluche que les joueurs offrent à leurs adversaires, notamment lors de la finale de la Coupe de France 1985. Puis disparaît peu à peu.

Sochalion le lion est la mascotte du FC Sochaux depuis la fin de l’an 2000. Il est censé représenter le lion de Franche-Comté, voire celui de la firme Peugeot, mais il ressemble curieusement à la peluche d’une célèbre banque.

Lyou le lion est la mascotte de l’Olympique Lyonnais depuis août 2008. Conçu par l’agence Multicreation, Lyou a plusieurs fois été relooké avec notamment une crinière plus dense, puis un déguisement plus confortable au comédien.

Ch'ti Lens

Ch’ti-Lens est la mascotte du RC Lens depuis 2008. Il s’agit d’un chien au pelage blanc tâché de noir, mais portant la célèbre tenue sang et or du club nordiste.

Scoty le panda est la mascotte du SCO Angers depuis 2008. Les couleurs du maillot étant le noir et le blanc, le club angevin aurait pu choisir un zèbre (comme la Juventus), mais ce fut un panda. Un article de Ouest-France (2013) dit qu’il montrait volontiers ses fesses aux supporters adverses, mais il semble avoir mis fin à cette curieuse habitude.

Auguste le lion est la mascotte du Stade de Reims depuis 2008. Il s’agit d’un lion portant une couronne pour rappeler que les rois de France étaient sacrées à Reims. Son nom est celui du résistant qui a donné son nom au stade, Auguste Delaune.

Stany est la mascotte de l’AS Nancy-Lorraine depuis 2010. Il s’agit d’un petit garçon aux cheveux rouges comme le chardon symbole du club et dont le nom fait référence à la célèbre place Stanislas de la cité lorraine. Stany succède en fait à Néné, un gamin dessiné par Philippe Delestre qui accompagnait le club nancéen dans les années 1970.

Germain le lynx est depuis juillet 2010 la mascotte du Paris Saint-Germain. On ignore à vrai dire pourquoi le club parisien a choisi un lynx. Selon le site Rue89, Germain fait du PSG le symbole du football Disney.

El Croco est la mascotte du Nîmes Olympique depuis le 21 décembre 2010. Le crocodile est le symbole de la ville romaine et son nom hispanisant rappelle que le chef-lieu du Gard est la ville la plus espagnole de France. Le reptile figure sur le blason de la ville et du club. Les joueurs ont toujours été surnommés les Crocodiles.

Chami le Chamois est depuis 2010 la mascotte des Chamois Niortais. Une référence logique au nom du club qui lui-même fait référence à la tradition des chamoiseries de la cité des Deux-Sèvres.

Doggy le Dogue (Lille)

La mascotte du LOSC ne pouvait être autre chose qu’un dogue : Doggy est apparu sur la pelouse du stadium de Villeneuve d’Ascq en 2011, l’année ou le club renoue avec les titres nationaux. Avec sa grosse tête blanche, ses yeux menaçant et ses crocs qui ne l’étaient pas moins, Doggy n’a pas vraiment fait l’unanimité et a disparu très vite. Il sera remplacé en septembre 2020 par le jeune Doggy Dog Jr, à l’allure nettement plus sympathique.

Erminig est la mascotte du Stade Rennais depuis 2011. Il s’agit d’une blanche hermine, symbole de la Bretagne remis au goût du jour par une chanson de Gilles Servat dans les années 1970.

Orsu l’ours blanc est la mascotte de l’AC Ajaccio depuis 2011. Le club corse a adopté l’animal polaire comme symbole depuis… 1919 et un cri de ralliement né pour rendre hommage à un joueur vedette de l’équipe, Martin Baretti. L’ours est coiffé du chapeau de Napoléon Bonaparte, célèbre natif de la ville corse.

Zef le pirate Mascotte Stade Brestois

Zef le pirate est la mascotte du Stade Brestois depuis le 25 janvier 2012. Le personnage de pirate fait référence à la mer et son nom au vent dans le patois local. Il se trouve que cette mascotte a un sosie à Biarritz où le club de rugby local est encouragé par Koxka, dont la ressemblance avec Zef n’est pas sans susciter une petite polémique.

Valencygne le cygne est la mascotte du VAFC, le club de Valenciennes. Le cygne est très attaché à l’histoire de la cité nordique, puisque la légende rapporte qu’elle fut fondée par une princesse qui fit construisit un palais qu’elle appela le Val en Cygnes, qui devint Valenciennes lorsqu’une ville se construisit autour du palais. Le Cygne est présent sur le blason du club, mais curieusement pas sur celui de la ville qui lui préfère bêtement un lion. En 2013, Valencygne est devenu le lauréat du trophée UNFP de la meilleur mascotte.

Lolie la chouette est la mascotte du Dijon FCO depuis la saison 2013/2014. Elle fait référence à la célèbre chouette de l’église Notre-Dame de Dijon, une sculpture aux origines mystérieuses devenue un symbole de la cité bourguignonne.

Panthère Noire

Pantéo la panthère noire est la mascotte de l’AS Saint-Etienne depuis juillet 2014. La panthère noire est l’animal symbole de l’AS Saint-Etienne depuis le début des années 1970, en référence à l’attaquant malien Salif Keita, surnommé la Panthère Noire, qui fit les beaux jours des Verts. L’animal a souvent été représenté sur les blasons du club.

Bouba l’éléphant réapparait sur la pelouse du stade Louis II en 2015, profitant de la nouvelle mode des mascottes pour faire son retour. Celui qui fut un véritable animal, pensionnaire du zoo voisin, puis une adorable peluche que les joueurs monégasques remettaient à leurs adversaires, Bouba cette fois est un homme déguisé en éléphant, habillé du célèbre maillot rouge et blanc du club de la Principauté.

BenGi est depuis février 2015 la mascotte des Girondins de Bordeaux. Il s’agit d’un félin bleu, probablement d’un puma, en référence à l’équipementier du club. Il porte un maillot floqué du numéro 33, celui du département de la Gironde. Sa première sortie officielle avait été marquée par… la perte de son short.

Merlux le Merlu est la mascotte du FC Lorient. Il fait référence au merluchon qui fut longtemps le poisson le plus vendu sur les marchés de Bretagne, poisson que l’on retrouve sur l’emblème du club, fondé par des pêcheurs en 1926. Les joueurs du FC Lorient sont surnommés les Merlus. La mascotte, disparue en 2010, est revenue en 2015.

Pailladinho est depuis novembre 2016 la mascotte du Montpellier HSC. Il a été créé par le dessinateur montpellierain Dadou, par ailleurs auteur de la bande dessinée “Poubelle la vie” dont Louis Nicollin, emblématique président-créateur du club, est le héros.

Vik le Viking est la mascotte du Stade Malherbe de Caen depuis octobre 2007, oeuvre du dessinateur de presse Emmanuel Chaunu. Rien à voir avec la série animée du début des années 1980. Le guerrier normand a été relooké en 2016 et porte désormais une barbe rouge.

Riri le Canari est revenu sur le devant de la scène en 2017. Complètement relooké, il a profité de la mode française des mascottes pour faire son retour. Un concours est lancé auprès des supporters pour dessiner le Riri du XXIème siècle et son résultat ne manque pas de faire l’objet d’une petite polémique. En effet, le concours désigna comme premier vainqueur un canari qui n’avait rien d’original puisqu’il reprenait trait pour trait ceux d’un personnage de dessin animé. L’erreur a rapidement été corrigée.

Guépy la guêpe est la mascotte de l’US Orléans depuis 2017. L’insecte figure sur le blason du club depuis la création du club en 1976, en référence au maillot jaune du club orléanais souvent agrémenté de rouge et de noir.

Julius la Licorne est la mascotte du Amiens SC. Elle est apparue le 4 décembre 2018 à l’occasion du match Amiens-Monaco, succédant à une autre mascotte du même acabit. L’animal légendaire figure sur les armoiries de la cité picarde, le stade du club s’appelle d’ailleurs stade de la Licorne. Le nom choisi serait une référence à Jules Verne, qui a longtemps vécu à Amiens.

Grayou le dragon est depuis l’été 2018 la mascotte du FC Metz. Il représente un personnage emblématique de la cité lorraine, le Graouly, un monstre qui terrorisait les habitants avant d’être vaincu par l’évêque de la ville. Le dragon est présent sur le blason du club aux cotés de la Croix de Lorraine.

Komgall le géant est la mascotte de l’En Avant Guingamp depuis mai 2018. Son nom, qui associe les termes celtiques de kon (guerre) et gal (bravoure) est celui du saint breton célébré le 9 mai date de la première Coupe de France remporté par le club costarmoricien en 2009.

Storcki la cigogne blanche est la mascotte du RC Strasbourg depuis 2017. Elle rend hommage à l’oiseau symbole de l’Alsace.

Doggy Dog Jr est la nouvelle mascotte du LOSC. Apparu en septembre 2020, il remplace l’ancien Doggy, molosse blanc à l’allure quelque peu agressive. Comme son prédécesseur, la nouvelle mascotte porte chance puisqu’elle apparait l’année d’un nouveau titre national.

Mèfi est la mascotte de l’OGC Nice. Il ne s’agit pas d’un être de peluche, mais un véritable aigle, qui survole le stade avant chaque rencontre des Niçois à l’Allianz Riviera. Les joueurs du club azuréen sont surnommés les Aiglons, le rapace étant présent sur le blason du club et de la ville. Le nom de la mascotte signifie “Méfie toi”, dans le parler niçois. Il existe bien entendu une version dessinée de Mèfi.

A propos du football français, de ses clubs et de ses mascottes

Laisser un commentaire