On l’appelait l’Anderlechtois


BANDE DESSINEE – En 1982, le huitième et dernier épisode de la série “Section R” de Raymond Reding est consacrée au football et passe par Anderlecht, où l’on suit le fabuleux destin d’un étonnant footballeur.

Sophie Ravenne et Django Riva passent un jour dans la commune de Marny, quelque part dans les Ardennes belges. Il s’arrêtent sur un terrain de football où s’entraine le petit club local. Les joueurs portent une tenue mauve et blanche, sponsorisée par “Bellevue”, pareille à celle du club d’Anderlecht. Sophie et Django repèrent parmi les joueurs un homme à la tignasse rousse, excellent footballeur, que ses coéquipiers surnomment l’Anderlechtois.

Il s’agit du huitième et dernier album de la série Section R que Raymond Reding dessine depuis 1971. Celle-ci est parue dans l’hebdomadaire Tintin puis dans Footy, mais aussi en albums édités chez le Lombard.

Rêves en mauve

Alors qu’il délaissait peu à peu ses premiers héros Jari et Vincent Larcher, le dessinateur avait imaginé cette série animée par un couple d’anciens champions lancés dans des enquêtes qui ont pour cadre le monde du sport en général. En 1982, année de sortie de “L’Anderlechtois” chez Bedescope, Reding est déjà accaparé par son héros Eric Castel, créé en 1979 et s’apprête donc à délaisser la Section R.

Le rouquin fan d’Anderlecht est la cible d’une farce de ses amis qui lui font croire qu’il est appelé pour un essai dans son club préféré. A la surprise générale, le garçon fait l’affaire et rejoint les pros du club belge pour une rencontre amicale contre l’équipe de France. Reding a toujours été friand semble-t-il de ces rencontres contre nature opposant des équipes de clubs à des sélections nationales.

Raymond la science

L’histoire de cette réussite prodigieuse d’un footballeur passionné est un peu surnaturelle, ce qui a toujours été un peu le défaut de Raymond Reding avant qu’il ne se consacre à Eric Castel. La Section R, dans les précédents tomes, s’est souvent trouvée confrontée à des savants fous et autres personnages qui manquaient singulièrement de réalisme.

“L’Anderlechtois” est un peu plus terre à terre, même si quelques options du scénario restent discutables. La BD permet surtout d’apprécier la précision du dessin de Raymond Reding, qui restera un maître de la bande dessinée sportive, au même titre que Jean Graton.

Dans ce dernier épisode de la Section R, on croise quelques têtes connues, notamment celle de Raymond Goethals comme entraineur d’Anderlecht, ce qui permet de situer l’histoire entre 1976 et 1979. Le sorcier belge reviendra au RSCA entre 1987 et 1989 avant de poursuivre sa carrière en France, notamment à Bordeaux puis à Marseille. C’est avec lui que le club olympien remportera la Coupe des Champions.

Raymond Goethals par Raymond Reding
Raymond Goethals

Laisser un commentaire