Il timbro della gloria


TIMBRE – Quelques semaines après le triomphe de la Squadra Azzura à la Coupe du monde 1982, la Poste italienne édite un timbre hommage signé Renato Guttuso.

C’est le 12 septembre 1982, deux mois et un jour après la finale victorieuse de Madrid, que la Poste italienne édite un timbre pour célébrer le troisième titre mondial de la Squadra Azzurra. Le timbre de mille lires est tiré à quatre millions d’exemplaires. C’est un timbre rectangulaire en mode portrait (40 x 48 mm pour être précis), dentelé 14, imprimé en héliogravure par IPZS Roma, où figure un dessin original du peintre sicilien Renato Guttuso (1912-1987).

L’idée du timbre est venue du politicien Remo Gaspari (1921-2011), alors Ministre des Postes et des Télécommunications sous le gouvernement de Giovanni Spadolini. Le ministre adresse sa commande à l’artiste dont il n’ignore pas la passion du sport. Le peintre avait réalisé, dans les années 1960, quelques tableaux sur la boxe, le cyclisme et le football.

Seulement, il n’avait jamais créé une œuvre sur un timbre poste. Il fallait selon lui trouver en quelques traits une action symbolique, un geste essentiel de la victoire italienne, imprimé dans l’inconscient de tout italien. Rongé par le manque d’inspiration (ça arrive aux plus grands), il demande à un ami, le galeriste Toni Porcella, de l’aider. Celui-ci se rend à son atelier de Varèse les bras chargés de journaux et de revues relatant l’exploit des hommes d’Enzo Bearzot.

Guttuso est alors enfin saisi par une idée : il peint le trophée de la Coupe du monde (œuvre d’un autre artiste italien, Silvio Gazzaniga) brandie au ciel par deux bras couverts de manches grises. On reconnait inévitablement les bras de Dino Zoff, le capitaine et gardien italien à qui le roi Juan Carlos remit la Coupe le 11 juillet 1982. En fond, l’artiste ajoute un ciel bleu (un ciel azzurro ?) découpé par les mailles d’un filets, pareils à ceux que garde le capitaine italien. A moins ce que ce soit ceux qui ont claqué sous les tirs de Paolo Rossi, meilleur buteur du tournoi.

Le timbre de mille lires, équivalent à cinquante centimes d’euro, est aujourd’hui une pièce indispensable des collections de timbres liées au football. Il raconte l’histoire d’un exploit sportif autant que celle d’un artiste passionné.

A propos de la Poste italienne, de Renato Guttuso et de la Squadra Azzurra

Laisser un commentaire