Le stade de mon ennemi


EXTRAIT – Quelques minutes de foot en plus avec Jean-Paul Belmondo dans le film “Le corps de mon ennemi” d’Henri Verneuil sorti en 1976.

François Leclercq (Jean-Paul Belmondo) flâne seul dans les tribunes du stade Auguste Beaumont-Liégard entièrement vides. Il s’appuie sur une rambarde et observe l’édifice flambant neuf. Notre homme est de retour dans sa ville de Cournai et profite de cet instant de calme pour mûrir son plan.

Sporting-Bayerische

Dans le taxi, une manchette du journal annonce que “Le Sporting va affronter le Bayerische de Munich en match retour“. L’événement semble mettre la ville en ébullition. Le chauffeur de taxi (Charles Gérard) demande à Leclercq son pronostic pour le match mais n’attend même pas réponse. “Les Allemands, sur leur terrain, faut jamais les sous-estimer !” prévient-il. “Parfois même sur le nôtre” ajoute Leclercq.

François Leclercq a passé sept ans en prison, accusé à tort d’un double meurtre. Celui d’un footballeur vedette du Sporting Cournai et de sa maîtresse d’un soir. Il revient sur les lieux de l’affaire pour remonter l’histoire et dénouer la machination dont il fut victime. “Le corps de mon ennemi” (1976) d’Henri Verneuil est inspiré d’un roman de Félicien Marceau où se mêlent dans une satire de la bourgeoisie de province des affaires de politique, de drogue et de prostitution. Et bien entendu de football.

Grimonprez-Jooris

Le tournage du film s’est déroulé à Lille, et c’est dans un stade Grimonprez-Jooris flambant neuf qu’est tournée la scène. Le football reste très présent tout au long du film, même si l’on ne voit quasiment pas d’images de ballon rond. Tout n’est qu’évocation. Le match qui passionne la ville se déroule tandis que le personnage joué par Belmondo arpente les rues de la ville. Il entend grâce aux fenêtres ouvertes les commentaires du match, livrés par la voix de Thierry Roland.

A l’occasion du tournage, Jean-Paul Belmondo était passé à Grimonprez-Jooris, le 11 mai 1976, pour donner le coup d’envoi d’une rencontre de championnat entre le LOSC et Valenciennes. Les Dogues Lillois avaient emporté le derby 5-1. François Leclercq quant à lui parviendra à ses fins. Il sera doublement vengé des sept ans de vie qu’on lui a privé.

A propos de Jean-Paul Belmondo, de Lille et du film d’Henri Verneuil

Laisser un commentaire