Inter Milan, Biscione et Catenaccio


COULEURS – L’Internazionale Milan, appelé Inter de Milan en France, s’est souvent battu contre les vents mauvais de l’histoire pour conserver ses couleurs, noir et bleu, et ses symboles.

Le Football Club Internazionale Milano a été fondé en 1908 par les dissidents du Milan Football and Cricket Club (futur AC Milan) qui refusait d’engager des joueurs étrangers. Le 9 mars 1908, pas moins de quarante quatre personnes s’étaient données rendez-vous dans une pièce du Ristorante Orologio pour dénoncer la politique du président Giannino Camperio et définir les statuts du nouveau club.

Deux couleurs sur la palette

Parmi ces personnes se trouvait Giorgio Muggiani, un artiste illustrateur qui assurait les tâches de secrétariat au sein du Milan. C’est de lui que proviendraient les couleurs du maillot de l’Inter. Chargé de définir les aspects visuels du club dissident, il aurait choisi le bleu et le noir tout simplement parce que, d’après ce que rapporte la légende, il n’avait ce soir-là que ces deux couleurs sur sa palette. Mais il est plus probable que les fondateurs du club aient choisi ces couleurs uniquement par opposition au rouge et noir de l’AC Milan. Le noir symbolise la nuit, le bleu le jour.

Giorgio Muggiani, devenu secrétaire de l’Inter, rédige lui-même l’acte de fondation. Le terme Internazionale a bien entendu été choisi pour préciser que tout membre est le bienvenu quelque soit sa nationalité. L’artiste est aussi chargé de concevoir l’emblème. Il s’inspire de celui des clubs anglais, superpose les lettres blanches F, C, I et M (pour Football Club Internazionale Milano) sur un fond doré, entouré d’un cercle noir puis d’un cercle bleu.

Saint-Ambroise de Milan

A la fin des années 1920, les fascistes au pouvoir goûtent peu au cosmopolitisme affiché par l’Inter. Le club est débaptisé et renommé Ambrosiana, le nom italien d’Ambroise de Milan, saint-patron de la ville. Les couleurs nerrazzuri sont abandonnées pour un maillot blanc doté d’une croix rouge, la croix de Saint-Ambroise, blason de la ville (qui ressemble furieusement à la croix de Saint-George). Le blason originel du club est également abandonné pour un écusson vantant les valeurs de la cité lombarde.

Mais rapidement, alors que le pouvoir mussolinien a d’autres chats à fouetter, le club en profite pour associer le nom Inter à Ambrosiana, puis à revenir doucement à ses couleurs noires et bleues. Il change souvent de blason, où le noir et le bleu sont remis en avant. En 1945, l’Inter retrouve définitivement son nom, ses couleurs et son blason d’origine.

Au début des années 1960, l’Inter Milan, tel qu’on l’appelle en France, change fréquemment de blason, mais il revient à l’originel lorsque le club atteint les sommets européens. En 1964 et 1965, l’Inter remporte deux Coupes d’Europe consécutives avec l’entraineur Hélénio Herrera qui impose un style défensif implacable qui deviendra une marque de fabrique du football italien : le Catenaccio.

Biscione

Sur les écussons proposés au début des années 1960, mais aussi sur le premier de l’époque Ambrosiana, on voit apparaitre une sorte de petit serpent. Il s’agit du biscione, animal mythologique de la cité lombarde. Ce serpent à tête de dragon est lié à l’histoire de la famille Visconti, fondatrice de la cité milanaise. Le dénommé Boniface, seigneur de Pavie, se marie à la fille du Duc de Milan, qui lui donne un enfant. Mais un jour, alors que Boniface est parti à la guerre, cet enfant est avalé par le biscione. Quand il sera de retour, Boniface attaquera la créature et lui fera recracher l’enfant… qui en sortira indemne.

Depuis, ce serpent à tête de dragon est un symbole de la ville de Milan. On en trouve des représentations un peu partout sur les murs de la ville, tenant dans sa mâchoire un enfant. Il est cité dans l’œuvre fondatrice de Dante Alighieri, “La Divine Comédie“. On le trouve sur le blason d’Alfa Romeo, la marque de voitures fondée à Milan en 1910 (qui met également en valeur la croix de Saint-Ambroise). Le biscione est en outre présent sur l’emblème de Fininvest, l’entreprise tentaculaire de… Silvio Berlusconi, futur président de l’AC Milan.

En 1978, un nouveau blason de l’Inter met le biscione en évidence devant des à-plat bleus et noir. Mais en 1988, le club revient à un écusson proche du blason d’origine. Régulièrement, celui-ci subit quelques légères modifications pour rester au goût du jour. Le maillot quant à lui a toujours conservé ses bandes noires et bleues. Souvent verticales, parfois horizontales. Récemment, ces bandes ont subi quelques outrages de designers en mal de sensation, comme des traces de pneu (en hommage au sponsor Pirelli) ou un dégradé peu élégant. En 2021, la dernière version du logo (puisque l’on dit désormais logo) ne contient plus que les lettres I et M. Le biscione apparait quant à lui sur le deuxième maillot du club milanais.

Inter Milan 2021

A propos de l’Inter Milan, de Giorgio Muggiani et du Biscione

Laisser un commentaire