Les mascottes de l’Euro


MASCOTTES – De Pinocchio à Skillzy, ce sont pas moins de dix mascottes qui se sont succédées à l’occasion des phases finales du championnat d’Europe de football, plus communément appelé l’Euro.

Le championnat d’Europe de football a été créé en 1960, mais ce n’est qu’en 1980 qu’il adopte la formule phase finale pour désigner son vainqueur. La Coupe d’Europe des nations devient l’Europeo puis tout simplement l’Euro en 1984. La première mascotte spécifique de l’épreuve est apparue en 1980. Elle sera suivie tous les quatre ans d’une flopée de personnages plus étonnants les uns que les autres.

Pinocchio Mascotte Euro 1980

La première mascotte de l’histoire des championnats d’Europe de football est le personnage d’une œuvre littéraire. Les organisateurs italiens ont en effet choisi l’emblématique Pinocchio pour représenter l’Europeo 1980. Un Pinocchio un peu déformé avec son bob et son nez aux couleurs du drapeau italien qui lui donnent l’apparence d’un clown.

Peno Mascotte Euro 1984

Quand sa mascotte a une allure de coq, c’est que le tournoi se déroule probablement en France. C’est le cas de l’Euro 1984 qui a donc choisi le sympathique Péno (comme pénalty) pour le représenter. Il ne connaitra pas le même succès que son célèbre descendant Footix, et c’est peut-être tant mieux pour lui.

Berni, mascotte de l'Euro 1988

Le lapin Berni, dont le nom évoque la ville de Berne, lieu fondateur de l’histoire du foot allemand (et accessoirement siège de l’UEFA), est la seule mascotte a avoir officié sur deux éditions : mascotte de l’Euro 1988 organisé en Allemagne de l’Ouest, il est rappelé quatre ans plus tard pour l’Euro 1992 en Suède. Il était bien parti pour devenir la mascotte éternelle de l’Euro, mais l’idée a finalement été abandonnée.

Goaliath, mascotte Euro 1996

L’Euro 1996 est organisé en Angleterre, trente ans après la World Cup 1966 et la mascotte est forcément un lion. Goaliath est le digne successeur du célèbre Willie, première mascotte de l’histoire du sport. Il porte bien le maillot de l’équipe d’Angleterre et non pas l’Union Jack dont était vêtu, à tort, son illustre prédécesseur.

Benelucky, mascotte Euro 2000

L’Euro 2000 est le premier organisé conjointement par deux pays, la Belgique et les Pays-Bas. Benelucky associe les symboliques des deux voisins. A la fois diable belge et lion néerlandais, avec une crinière aux couleurs des deux pays, pas sûr qu’il s’agisse d’une franche réussite. Cela incitera sans doute les futurs pays co-organisateurs à prévoir deux personnages distincts plutôt que deux en un.

Kinas Mascotte Euro 2004

A l’occasion de l’Euro 2004 organisé au Portugal, il n’est plus fait appel à un animal comme mascotte mais à un petit garçon, comme à l’époque des Coupes du monde des années 1970. Si ce n’était la couleur de sa tenue, Kinas est un personnage plus proche de l’univers manga que de la culture lusitanienne. Et son nom, dont l’initiale n’est même pas utilisée dans l’alphabet portugais, sonne quand à lui plutôt grec. C’est d’ailleurs la Grèce, à la surprise générale, qui remporte le tournoi.

Trix & Flix

L’Euro 2008 est organisé dans deux pays frontaliers, l’Autriche et la Suisse. La mascotte est donc un personnage double, Trix et Flix, chacun étant sensé représenter l’un des deux pays, les deux étant dotés des mêmes couleurs. Ce concept de mascotte double évoque chez les nostalgiques les emblématiques Tip & Tap, les deux gamins nigauds de la Coupe du Monde 1974 en Allemagne Fédérale.

Slavek et Slavko (Euro 2012))

L’Euro 2012 est comme son prédécesseur organisé dans deux pays voisins, la Pologne et l’Ukraine. On reprend donc l’idée d’une mascotte double pour symboliser les deux pays, les jumeaux slaves Slavek et Slavko.

Super Victor Euro 2016

L’Euro 2016 est organisé en France et on aurait pu attendre, comme en 1984, un coq comme mascotte. Mais c’est un petit garçon déguisé en super-héros, Super-Victor, qui est choisi. Et on se dit que finalement, même Footix, c’était mieux.

Ni garçon, ni fille, ni blanc, ni noir, Skillzy, mascotte de l’Euro 2020 (disputé en 2021) est tout juste footballeur. Il s’agit en fait d’un free-styler, pratiquant cette discipline spectaculaire où l’on jongle avec un ballon de football. Mais où l’on ne joue finalement pas vraiment au football.

A propos des mascottes du football

Laisser un commentaire