Villarreal et le sous-marin jaune


CHANSON – Le club espagnol de Villarreal, finaliste de l’Europa League, doit son surnom à une célèbre chanson des Beatles, popularisée en Espagne par un cover-band de Barcelone.

En 1967, Vila-real, une commune valenciane de quelques 25.000 habitants, fête l’accession de son équipe de football, le Villarreal CF, à la Tercera División, à l’époque troisième niveau du football espagnol. Au même moment, la radio diffuse la chanson “Submarino amarillo” du groupe Los Mustang, une reprise en espagnol du celèbre “Yellow Submarine” des Beatles. L’équipe jouant en jaune, le rapprochement est inévitable : le club gagne un surnom et une chanson presque officielle.

Ringo Starr et les Mustang

Los Mustang est un groupe de rock très populaire dans l’Espagne des années soixante. Originaire de Barcelone, le quintet pop-rock s’est surtout fait connaitre en reprenant en espagnol de nombreux tubes étrangers. Ceux des Beatles, surtout (une douzaine de reprises au bas mot), mais aussi Simon and Garfunkel, les Bee Gees, The Turtels, Georgie Fame, The Tornados (“Telstar“) et même… Hervé Vilard (“Capri“).

La version originale de “Yellow submarine” a été écrite en 1966. C’est le seul single des Beatles interprété par Ringo Starr. Le batteur du groupe de Liverpool chantait au moins une chanson par album, mais jamais il n’avait eu l’honneur d’un single. Le morceau a été écrit par Paul McCartney, qui souhaitait un air qui rappelle les chansons pour enfants, avec des paroles plutôt simples. La chanson sera reprises en plusieurs langues, en espagnol, mais aussi en français par Maurice Chevalier (sous le titre, “Le sous-marin vert“, nos traducteurs n’étant semblent-ils pas très performants à l’époque).

Le surnom de Submarino Amarillo accompagne le Villarreal CF dans sa longue et difficile ascension vers les sommets du football espagnol puis européen. Baignant de longues années dans les profondeurs de la troisième division, le sous-marin apparait une première fois dans les eaux plus claires de la deuxième division en 1970 mais replonge après deux saisons de reconnaissance. On ne le revoit qu’en 1992 après avoir exploré bien des profondeurs, jusqu’en quatrième division. En 1998, le Submarino Amarillo émerge en Primera Division. Il n’y reste qu’un an, mais remonte aussitôt. Depuis 2000, Villarreal reste à la surface (à une exception près) et devient un acteur majeur de la Liga.

Des profondeurs à la surface

Dans les années 1980, un autre club adopte le surnom de Submarino Amarillo, le Cádiz Club de Fútbol, qui joue en jaune et a émergé quelques saisons en Liga dans les années 1985/1995. Depuis, le club baigne surtout en Segunda Division B (troisième niveau) d”où on le voit réapparaître en surface de temps à autre, pour replonger aussitôt. Il est dommage que le Cádiz CF ait adopté un surnom déjà pris, d’autant que la ville qu’il défend ne manque pas de chansons en son honneur…

Le club de Vila-real (le nom de la ville en valencian, définitivement adopté en 1986) découvre les compétitions européennes. Il accède aux demi-finales de la Coupe de l’UEFA en 2004 puis deux ans plus tard à celles de la Ligue des Champions. Troisième de la Liga en 2005 puis deuxième en 2008, Villarreal ne parvient toutefois pas à décrocher le titre, chasse gardée de navires beaucoup plus imposants. La Coupe d’Espagne lui échappant également chaque année, le club garde un palmarès désespérément vierge, et doit se satisfaire de deux Coupes Intertoto conquises au milieu des années 2000.

Le club adopte une mascotte en 2001, un personnage nommé Groguet qui a une tête… de sous-marin. Relégué en 2013 alors qu’il a toujours terminé dans la première partie du tableau, le club revient aussitôt à la surface pour de nouvelles conquêtes. En 2021, il accède à la finale de l’Europa League où il est opposé à Manchester United. On aurait préféré qu’il affronte Liverpool, l’histoire aurait été un peu plus belle.

Laisser un commentaire