Pelé, Art, Life, Football

Pelé, objet d’art

ARTS – En 2015, la galerie Halcyon à Londres consacre une exposition au roi Pelé, composée d’objets souvenirs mais également d’œuvres spécialement commandées à des artistes contemporains.

L’exposition “Pelé : Art, Life, Football” montée à Londres par la galerie Halcyon, propose de revoir la carrière de Pelé à travers les œuvres d’artistes contemporains.

Edson Arantes do Nascomiento est toujours considéré comme le plus grand footballeur de tous les temps. Et il en sera toujours ainsi quelque soit la qualité intrinsèque de ses successeurs prétendant au trône. Question d’époque. Plus que n’importe quel autre footballeur, Pelé inspire les grands artistes contemporains.

L’image de Pelé sort du strict cadre du football. Andy Warhol, dès 1977, avait réalisé un célèbre portrait de Pelé alors qu’il ignorait tout du soccer. Pelé est aussi connu qu’un chef d’état ou une vedette de cinéma. Footballeur, artiste, chanteur, acteur de cinéma, trésor national, promoteur du football, conseiller politique, icône publicitaire, modèle de jeux vidéo, Pelé est devenu également un objet d’art.

Russell Young est un photographe britannique (né en 1959) installé aux Etats Unis qui se réclame ouvertement de l’héritage d’Andy Warhol. Tout comme son maître, il produit des sérigraphies à grande échelle d’icônes de la mode et du cinéma.Il est également réalisateur de clips, photographe et peintre. Pour Pelé, il reprend deux images d’archives en noir et blanc : un portrait d’avant-match des années 1950 (“Pele Brazil“) et une chilena du Roi reproduit trois fois (“Pele Bicycle Kick“).

Raphael Mazzucco est un photographe canadien qui s’essaye régulièrement aux montages artistiques. Pour Pelé, il s’inspire du meilleur et du pire de la carrière du roi. Le pire, avec cette sortie sur blessure lors de la World Cup 1966 et un dernier regard vers ses coéquipiers qu’il abandonne (“Pele“). Le meilleur où il est porté en triomphe à l’issue de la victoire en Coupe du Monde 1970 (“Brazil“) .

Stuart Mcalpine Miller (né en 1964) emmène le roi Pelé dans son univers fantasmagorique fait de couleurs chatoyantes et de référence à Walt Disney (“Playing the Field“) et aux comics (“Pele triptych“) .

Luiz Paulo Machado est un photographe qui réalisa ce cliché mythique au cours d’un match en 1966 où la sueur du roi forma un cœur sur le maillot jaune du Brésil (“The Heart of the King“).

Pedro Paricio est un artiste espagnol. Pour Pelé, il s’inspire d’une fameuse chilena qu’il reproduit dans une œuvre épurée. Sur un fond bleu ciel, il reproduit le geste acrobatique du roi en posant les couleurs de sa peau et de la tenue de l’équipe du Brésil à sa silhouette (“Hermes XXI”).

Louis Sidoli est également un artiste inspiré du Pop Art. Pour Pelé, il rend directement hommage à l’œuvre d’Andy Warhol en reprenant le fameux ballon Spalding. Sur un fond vert, il pose le visage en noir et blanc du jeune roi et y ajoute le numéro 10 jaune. Et il baptise son œuvre “Famous for 15 Centuries” en référence aux “15 minutes of fame” d’Andy Warhol.

A propos de Pelé, l’art, la vie, le football