Foot, la machine à broyer

Formation, système en péril

LIVRE – Avec “La machine à broyer” (Solar, 2021), le journaliste Éric Champel fait un état des lieux inquiétant des à-cotés de la formation des jeunes footballeurs en France.

La première victoire de l’équipe de France en Coupe du monde avait été salué comme celle de la politique mise en place trente ans plus tôt pour former des footballeurs de haut niveau.

George Boulogne avait jeté les bases de l’Institut national du football, d’abord basé à Vichy puis à Clairefontaine. Des clubs tels Nantes, Saint-Etienne et Sochaux avaient accompagné ce mouvement avec une ceraine réussite. La formation devenait l’ADN du foot français et tous les clubs professionnels avaient désormais leur propre centre de formation.

Malheureusement, ces mêmes clubs n’ont pas la puissance financière ni le prestige des clubs des pays alentours. Arrêt Bosman aidant, les meilleurs footballeurs formés en France font le bonheur des clubs étrangers. Dix des quatorze joueurs français qui ont disputé la finale de la Coupe du monde 1998 jouaient déjà à l’étranger. En 2018, ils sont douze.

Faute de pouvoir raisonnablement nourrir une ambition sportive, les clubs de France se tournent peu à peu vers le commerce de leur savoir-faire, c’est à dire former des footballeurs de haut niveau. Ils sont dès lors investis par d’obscures entreprises financières qui n’ont que le mot trading à la bouche. Le championnat de France n’est plus qu’un show-room de la formation à la Française.

Dans le football amateur, les mentalités ont beaucoup évoluées également. Derrière les mains courantes, des individus assistent inlassablement aux matchs des jeunes pour y dénicher la perle rare. Tous rêvent de trouver un Kylian Mbappé dans un tournoi de gamins. Il suffit désormais qu’un petit U13 se montre un peu plus doué que les autres pour qu’il soit abordé, lui ou ses parents, par ces scouts plus ou moins fiables qui prétendent être missionnés par un grand club.

Mais tous ne sont pas des Kylian Mbappé. Beaucoup de jeunes approchés n’ont même pas le niveau pour faire carrière en deuxième division. Le journaliste Éric Champel dresse un état des lieux alarmant des coulisses du football français. Où des milliers de jeunes qui rêvent de professionnalisme sont broyés par la duperie de pseudo-recruteurs sans vergogne.

A propos d’Éric Champel et de la machine à broyer

  • Demander à votre libraire “Foot : la machine à broyer” de Éric Champel (Solar, 2021) – 14 cm x 22 cm – 394 pages – 17,90 euros – Paru le 11 février 2021