Entre les jambes


CHANSON – “Passement de jambes” (1996) de Doc Gynéco est l’un des premiers morceaux de hip-hop français à déballer la culture foot de son interprète.

Bruno Beausir a réussi un coup de maître : Son premier album, “Première consultation” publié sous le nom de Doc Gynéco, s’est vendu en 1996 à plus d’un million d’exemplaires. C’est devenu l’un des albums de hip-hop les plus vendus en France. Au point d’être réédité vingt ans plus tard en édition deluxe avec morceaux bonus.

Je mouille mon maillot quand je suis au micro

Pas moins de huit singles seront extraits de cet album, parmi lesquels “Passement de jambes” en 1998 où l’ancien membre du collectif Ministère A.M.E.R. propose, juste avant la Coupe du monde organisée en France, un égotrip tout en métaphores footballistiques pour évoquer ses rapports avec l’industrie de la musique.

Une fois l’intro lancée par la voix rigolarde de Basile Boli, de grands noms défilent durant le flow : Bebeto, Platini, Rummenigge, Cantona, Papin, Dino Zoff. Le rappeur de Clichy-sous-Bois cite même Mark Landers, personnage du manga “CaptainTsubasa” (“Olive et Tom”) . Son morceau s’agrémente de termes fort évocateurs chez les férus de ballon rond : “Kaiser“, “Guadalajara“, “les Verts“, “lion indomptable“, “ballon d’or“, “soulier d’or“, “coupe des vainqueurs de coupe“…

Je marque de la main et empoche le pognon

Tenu éloigné du niveau des pros, Doc Gyneco revient agile comme Bebeto, guette sa technique, devient physique, la division 1 ne lui fait pas peur. Autoproclamé Kaiser du rap, il mène l’attaque et les sponsors attaquent. Il évite j’évite les tacles comme à l’entrainement quand il saute les obstacles…

Le numéro 1 au classement des tchatcheurs cite aussi le nom du jeu vidéo Kick Off et quelques marques comme Umbro, Diadora, TF1, Kopa et… Cacolac. Le Doc connait son affaire et d’un passement de jambe a montré la voie. Le hip-hop français saura désormais se servir du foot pour assurer ses rimes. Et devenir par la même occasion la musique de référence des joueurs, renvoyant le rock et la chanson française dans les musées.

Laisser un commentaire