La patrie des frères Werner

Frères d’Allemagnes

BANDE DESSINÉE – Le rencontre de la Coupe du monde 1974 opposant à Hambourg la RFA à la RDA sert de trame à un roman graphique de Philippe Collin et Sébastien Goethals.

Le 22 juin 1974 se déroule à Hambourg un match particulier qui oppose les équipes d’Allemagne de l’Ouest et d’Allemagne de l’Est. C’est la seule fois dans l’histoire que les deux nations ennemies se rencontrent, et il a fallu que ce soit la Coupe du Monde qui parvienne à réaliser l’impossible.

Rideau de fer

A la surprise générale, la rencontre a été remportée 1-0 par la RDA. Le buteur Jürgen Sparwasser est aussitôt entré dans la postérité. La rencontre avait une importance plus géopolitique que sportive car les deux équipes, lorsque débuta la rencontre, savaient qu’elles disputeraient le deuxième tour.

Jurgen Sparwasser

C’est sur ce match historique que se base la trame de la bande dessinée « La patrie des frères Werner » sortie en 2020 chez Futuropolis, signée Philippe Collin et Sébastien Goethals. Le 8 mai 1945, deux frères orphelins juifs ont tout perdu dans un Berlin sous les bombes qu’ils fuient pour se retrouver un peu par hasard à Leipzig.

Lorsqu’ils deviennent adultes, l’Allemagne a été coupée en deux et les deux frères sont recrutés par la Stasi, les services de renseignement de la RDA. Ils y effectuent une brillante carrière au point que l’ainé est envoyé comme espion à l’ouest, tandis que le plus jeune est affecté à la surveillance des athlètes est-allemands lors de leurs déplacements à l’étranger.

De Berlin à Hambourg

Les deux frères sont alors séparés pendant douze ans lorsqu’en 1974, le premier infiltre le staff de l’équipe de football de RFA tandis que l’autre est engagé comme kiné de l’équipe de RDA. Or, les deux équipes doivent se rencontrer à Hambourg pour le premier tour de la Coupe du Monde. Mais la Stasi, bien entendu, refuse que les deux hommes se rencontrent.

L’histoire des deux frères imaginés par Philippe Collin et Sébastien Goethals épouse donc celle de l’Allemagne, ou plutôt des Allemagnes séparées pendant plus de quarante ans et que seules les compétitions sportives sont parvenu à rapprocher. Notamment ce match de foot à Hambourg.

Les deux frangins nous emmènent dans les coulisses de chacune des deux sélections. Cela permet d’observer d’un côté les incessantes prises de becs entre Paul Breitner et Franz Beckenbauer que l’entraineur Helmut Schön a toutes les peines du monde à calmer.

Dans le camp d’en face , on observe le vague à l’âme de Jürgen Sparwasser, solide attaquant de l’équipe est-allemande, mais un peu rebelle, et qui deviendra malgré lui un héros national en inscrivant le but de la victoire historique.

Il est toujours risqué de confronter une fiction aux faits historiques. Dans cette bande dessinée, Philippe Collin et Sébastien Goethals déjouent les pièges avec brio, en évitant notamment un parti pris trop manichéen. La vérité historique du match de foot est scrupuleusement respectée et ne fait pas d’ombre à la magnifique histoire d’espionnage imaginée par les auteurs.

A propos des frères Werner, de l’Allemagne, de Breitner et de Sparwasser