Hat Trick

H comme Hat Trick

VOCABULAIRE – Le terme hat-trick (coup du chapeau) est employé quand un footballeur inscrit trois buts consécutifs au cours d’un même match. Instant de gloire dans la carrière d’un footballeur.

L’utilisation du terme de hat-trick a toujours fait débat. S’il est utilisé pour indiquer qu’un joueur a inscrit trois buts au cours d’une même rencontre, d’aucuns précisent qu’il n’est pertinent que si le joueur en question a inscrit ses trois buts consécutivement, c’est-à-dire qu’aucun partenaire ni adversaire n’a marqué un autre but entre temps. Il en est même qui ajoutent que ces trois buts doivent être inscrits différemment, c’est-à-dire un du pied gauche, un du pied droit et un de la tête !

Ainsi le hat-trick parfait aurait été réalisé un soir de juin 1984 à Saint-Étienne par Michel Platini lors de la rencontre du premier tour de l’Euro 1984 qui opposait la France à la Yougoslavie : une reprise du pied gauche, une tête plongeante et un coup franc du pied droit, le tout en moins de 20 minutes. Un exploit d’autant peu ordinaire que le capitaine français sortait d’un autre match, trois jours plus tôt, où il avait déjà marqué trois buts (pied gauche, pied droit, tête) contre la Belgique à Nantes. Mais comme ses coéquipiers avaient inscrit d’autres buts entre temps (Pauvres Belges : 5-0 !), il ne s’agissait pas d’un vrai hat-trick. Platini a donc rendu la copie parfaite à Saint-Étienne.

Joue-là comme Platini

Quel autre footballeur peut se vanter d’avoir fait aussi bien que Michel Platini ?

Le Croate Ivica Olić. Le 27 avril 2010, l’attaquant du Bayern Munich inscrit à Gerland les trois buts de son équipe face à l’Olympique Lyonnais en demi-finale de la Ligue des Champions : Du droit (26′), du gauche (67′) et de la tête (78′). Le Bayern l’emporte 3-0 et se qualifie pour la finale de la Ligue des Champions.

L’Anglais Gabriel Agbonlahor. Le 17 août 2008, en ouverture de la Premier League, l’attaquant d’Aston Villa marque trois buts consécutifs contre Manchester City : de la tête, du pied droit et du pied gauche, faisant passer en moins de sept minutes le score de 1-0 à 4-0 (fin du match 4-2).

Le Suédois Zlatan Ibrahimovic. Le 19 juillet 2019 l’attaquant des Los Angeles Galaxy marque trois buts consécutifs lors du derby contre LAFC lors du championnat MSL américain : du droit (8′), de la tête (56′) et du gauche (70′). Son équipe l’emporte 3-2, les adversaires ayant ouvert puis clôturé le score.

Hat trick story

Aujourd’hui, trois buts consécutifs suffisent aux commentateurs pour sortir le terme de hat-trick. Ce coup du chapeau vient du cricket. En 1858, le dénommé H.H. Stephenson toucha trois fois le wicket en trois coups lors d’un match contre Hallam. Après cet exploit, l’Anglais aurait reçu de ses coéquipiers un set de trois chapeaux blancs. Ainsi naquit le hat-trick, une expression ensuite entrée dans le langage footballistique.

Le coup du chapeau une expression également utilisée dans de nombreux autres sports : le cricket bien sûr (quand un lanceur élimine trois batteurs en trois de ses lancers consécutifs) mais aussi en rugby (trois essais consécutifs par le même joueur) et en hockey sur glace (trois buts au cours du même match). On l’entend également en sport automobile et en catch.

A propos du coup du chapeau