Ginola (Java & Malo Durand)

David Ginola, entre Brest et Paris

BANDE DESSINÉE – Dans son cinquième numéro paru en 2020, la revue de BD brestoise Casier[s] consacre quelques pages à David Ginola.

Depuis son premier numéro paru en 2016, la revue Casier[s] est devenu un incontournable de la rentrée des amateurs de BD brestoise. Les noms les plus réputés du neuvième art finistérien s’y donnent rendez-vous pour raconter Brest, son histoire, ses légendes, la rade, le port, ce qu’il en reste.

Lama, Guérin, Le Guen et Colleter

Lors du deuxième numéro en 2017, le scénariste Malo Durand avait glissé quelques pages quasi-autobiographiques sur les ultras du Stade Brestois. Trois ans plus tard, il ramène avec les dessins de Gildas Java un peu de ballon rond dans les pages de Casier[s] pour évoquer le souvenir d’un joueur exceptionnel, David Ginola.

David Ginola (Casier[s])

Il faut dire que le thème de ce cinquième numéro tiens en deux noms propres : Paris-Brest. Et en terme de connexion entre les deux villes, le football se pose là. Qui a oublié que le Paris Saint-Germain des années 1992-1995, de Bernard Lama à Vincent Guérin, en passant par Paul Le Guen, Patrice Colleter et bien sûr David Ginola, était essentiellement composé d’anciens Brestois ?

Yvinec, Chaker et Goycoechea

Le souvenir de David Ginola au Stade Brestois est aussi beau que douloureux. Il représente la chute administrative du club au moment même où, sportivement, l’équipe commençait à envisager une dimension européenne. Le gamin du sud était arrivé au Finistère sur les conseils de ses anciens coéquipiers du SC Toulon, où il avait débuté sa carrière. Parti trop vite, le jeune attaquant s’était retrouvé en rade dans le fantomatique RC Paris de l’ère Matra.

Ginola (Durand Java)

Brest lui a servi de bouée de sauvetage pour se relancer. Mais le club, sans ressources, abusé de surcroît par un charlatan, s’est retrouvé recalé de l’élite pour manque de liquidités puis tout simplement rayé de la carte du foot français.

David Ginola est alors retourné à Paris, cette fois du coté du Paris Saint Germain que la chaine Canal Plus investissait pour faire de la capitale une place forte du football européen. Ginola el Magnifico sera une figure de ce PSG à fortes teintes finistériennes.

C’est à toute cette période que se consacrent les quelques pages du cinquième numéro de la revue Casier[s]., disponible sur commande ou à partir de septembre 2020 dans toutes les bonnes librairies situées entre Brest et Paris. Et même au-delà.

A propos de David Ginola et de la revue Casier[s]