Supporters RC Lens Felix Bollaert

Au Nord, c’était Bollaert

CHANSON – A l’instar de clubs comme Liverpool ou West Ham, le RC Lens a adopté comme hymne une chanson à l’origine éloignée des choses du foot : « Les Corons » de Pierre Bachelet.

Le Racing Club de Lens, fondé en 1906, a la réputation d’être soutenu par un des meilleurs publics de l’Hexagone. Le club porte en lui toute l’imagerie du Nord de la France, notamment le travail à la mine. Lens est l’une des principales communes du bassin minier en Nord-Pas-de-Calais et reste très imprégnée de cette culture.

La terre, c’était le charbon

Une chanson décrit avec précision la vie des mineurs du Nord, « Les Corons » de Pierre Bachelet, parue en 1982. Bien que né à Paris, Pierre Bachelet est un gamin du Nord. Ses parents viennent de Calais et l’y emmènent régulièrement pendant les vacances. Diplômé en photographie et cinématographie, le futur chanteur se tourne vers la musique comme illustrateur sonore puis compositeur de musiques de films. On lui doit notamment la bande originale du « Coup de tête » de Jean-Jacques Annaud.

Devenu chanteur à part entière, Pierre Bachelet obtient son plus grand succès en 1982 avec « Les Corons » . Les paroles de Jean-Pierre Lang évoquent les petites maisons ouvrières typiques du Nord de la France et des régions minières. La chanson reproduit l’ambiance du travail à la mine avec des mots tellement bien choisis qu’elle touche les gens du Nord, les mineurs et leurs familles.

La chanson devient rapidement un refrain repris dans toutes les fêtes du Nord de la France. Elle est d’ailleurs parfois reprise dans les tribunes du stade Félix-Bollaert, mais c’est plus tard, bien après l’an 2001, que « Les Corons » prend vraiment racine dans les tribunes sang et or.

Le ciel c’était l’horizon

Pierre Bachelet décède en 2005 à l’âge de soixante ans. Pour lui rendre hommage, Bollaert diffuse « Les Corons » à l’occasion d’un match du RC Lens face au FC Nantes. La chanson, reprise en choeur par tout un stade, suscite alors une grande émotion.

En mars 2006, avant un match contre Ajaccio, Bollaert célèbre le centenaire de la tragédie de Courrières (1099 morts en 1906, la plus grande catastrophe minière de l’histoire de France). La sono diffuse à nouveau la chanson de Pierre Bachelet. L’émotion est telle que les organisateurs décident de diffuser le morceau à chaque match.

Désormais lorsque les joueurs reviennent sur le terrain pour la deuxième mi-temps résonne le deuxième couplet (« Et c’était mon enfance, et elle était heureuse, dans la buée des lessiveuses…« ) puis le public reprend, sans musique, le refrain.

Une courte séquence du film « Bienvenue chez les ch’tis » sorti en 2008 voit Kad Merad au milieu de la foule chantant « Les Corons » dans les tribunes de Félix-Bollaert, un passage tourné le soir d’un Lens-Nice en mai 2007. La chanson de Bachelet et le film de Dany Boon, deux éléments de la culture du Nord, sont réunis par l’entremise du Racing Club de Lens. La boucle est bouclée.