The Arsenal Stadium Mistery

Un polar à Highbury

FILM – En 1939, l’équipe d’Arsenal au grand complet se retrouve dans un film de fiction, « The Arsenal Stadium Mystery » où un détective enquête sur le meurtre d’un joueur en plein match.

Le club d’Arsenal, à Londres, s’est toujours distingué par son modernisme. Dans les années 1930, animé par le très visionnaire Herbert Chapman, le club au maillot rouge à manches blanches se montre déjà soucieux de son image. Il est le premier club londonien à obtenir qu’une station de métro porte son nom. Il est aussi le premier club anglais à favoriser la diffusion de ses rencontres.

Club de premières

En 1927, le match Arsenal-Sheffield est le premier match diffusé en direct à la radio. Dix ans plus tard, un match de l’équipe pro face à l’équipe réserve est la première rencontre de l’histoire diffusée à la télévision. Il était donc logique qu’un des premiers long métrage de cinéma traitant du football soit tourné au stade d’Highbury.

« The Arsenal Stadium Mystery » de Thorold Dickinson a en effet été tourné à l’occasion d’une rencontre des Gunners face au club de Brentford le 6 mai 1939. Il s’agit du dernier match de la saison 1938-39 qu’Arsenal a fini à la cinquième place, à douze points du champion Everton, mais avec onze points d’avance sur Brentford qui a terminé dix-huitième. C’est aussi, mais on ne le savait pas encore, le dernier match officiel d’Arsenal avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

L’histoire du film est inspiré du roman policier éponyme de Leonard Gribble sorti en 1939 et traduit en français en 1953 sous le titre « Meurtre au stade d’Arsenal » (éditions Librairie des Champs-Élysées). Il s’agit donc d’une enquête policière menée par un inspecteur de Scotland Yard, joué par Leslie Banks, suite à la mort d’un joueur lors d’une rencontre à Highbury.

Dans les coulisses d’Arsenal

L’intrigue se déroule donc dans les coulisses du stade londonnien où George Allison, l’entraîneur d’Arsenal, et son adjoint Tom Whittaker interprêtent leur propre rôle. On croise également les silhouettes de quelques joueurs connus du club londonien parmi lesquels Cliff Bastin et Eddie Hapgood.

La rencontre de football occupe les vingt premières minutes du film. Les prises de vues réelles sont mêlées à d’autres phases purement scénarisées, un procédé qui sera souvent utilisé par la suite. Si Arsenal conserve bien son nom dans le film, le club de Brentford a été renommé les Trojans pour respecter la trame du roman de Gribble.

L’adversaire des Gunners ne joue même pas avec son traditionnel maillot rayé rouge et blanc, mais avec une tenue blanche qui le rend encore plus anonyme. C’est un de ses joueurs, pourtant, qui décédera subitement sur le terrain…

A propos du mystère du stade d’Arsenal