Mathias Sindelar

L’homme de papier

LIVRE – Le footballeur autrichien Matthias Sindelar est l’objet d’une biographie signée Olivier Margot : « L’homme qui n’est pas mort » (2020, JCLattès)

Au début des années 1930, l’équipe nationale d’Autriche n’est pas loin d’être considérée comme la meilleure sélection du monde. Elle se voit attribuer le surnom de Wunderteam (l’équipe merveilleuse) et demeure invaincue pendant 14 rencontres entre avril 1931 et décembre 1932.

Wunderteam

Elle pratiquait dit-on un football de toute beauté, fait de passes courtes et de courses croisées. Sa ligne d’attaque était composée de cinq hommes parmi lesquels l’avant-centre et capitaine Matthias Sindelar, considéré comme le plus grand joueur de l’époque.

On avait donné à Matthias Sindelar plusieurs surnoms : L’homme de papier (Der Papierene) pour la légèreté de chacun de ses gestes, mais aussi le Mozart du football ou encore le Tourbillon viennois.

Matthias Sindelar a acquis une dimension quasi-mythologique. En plus d’être la figure de proue du Wunderteam, l’attaquant de l’Austria Vienne était en outre un ferme opposant à l’Anschluss et au nazisme. Lorsque la sélection allemande fut autorisée à recruter des internationaux autrichiens pour disputer la Coupe du Monde 1938, Mathias Sindelar fut convoqué, mais il refusa l’invitation.

Gestapo

Sindelar se trouva ensuite traqué par les nazis et dût vivre caché avec sa compagne juive. Lorsqu’on le retrouva après huit mois de traque, les corps des deux amants étaient inanimés dans un appartement du coeur de Vienne. On dit d’abord que le couple est mort d’une intoxication à cause d’une cheminée défectueuse. Il est plus probable que le footballeur se soit suicidé ou qu’il ait été liquidé par la Gestapo. Plus de 15.000 personnes sont présentes à Vienne le jour de ses funérailles.

Le journaliste Olivier Margot s’est efforcé de retracer la vie du Mozart du football en lui attribuant un surnom supplémentaire, « L’homme qui n’est jamais mort« . Car la légende de Sindelar a traversé les années et il reste aujourd’hui reconnu comme le plus grand footballeur de l’histoire autrichienne.

De Sindelar et du Wunderteam