Les mots bleus

Les mots bleus

DICTIONNAIRE – De A jusqu’à Z, le Dico des Bleus (2017 – Marabout) relate point par point tout ce qui a fait la grande histoire et les petites anecdotes de l’équipe de France.

L’histoire de l’équipe de France de foot est tellement riche qu’un déroulé chronologique ne suffit plus à conter ses exploits. Il est nécessaire désormais d’ajouter des analyses, des thématiques, des contextes pour capter tout ce qui fait la légende de notre équipe nationale, double championne du monde et double championne d’Europe, est-il besoin de le cocoricoser une nouvelle fois ?

C’est dans cet esprit que trois passionnés, Matthieu Delahais, Bruno Colombari et Alain Dautel, entreprirent la rédaction d’un dictionnaire consacré à l’équipe de France.

De la lettre A comme Abbes (Claude) jusqu’à Z comme Zvunka (Victor), l’essentiel de ce Dico des Bleus est composé du nom des quelques 800 joueurs qui ont un jour porté le maillot tricolore. Certains, qui ont marqué l’histoire, ont droit à un article très détaillé. D’autres, qui n’ont fait que passer, se contentent de quelques chiffres.

On trouve aussi le nom de l’ensemble des adversaires que les Tricolores ont croisé au moins une fois dans leur histoire, de l’Allemagne à la Yougoslavie en passant par l’Espagne, le Brésil, l’Italie, la Croatie, etc. On y trouve aussi une sélection d’Afrique, une autre d’Amérique Centrale et même une sélection FIFA.

Au fil des pages surgit parfois le nom d’un joueur adverse ou d’un personnage qui à lui seul rappelle un souvenir particulier, qu’il soit bon ou mauvais, triste ou heureux : « Arconada », « Schumacher », « Kostadinov », « Materazzi », « Cheikh Fahad Al-Ahmed Al-Jaber Al-Sabah ». On trouve aussi « Footix« .

On y trouve aussi des noms de certains clubs, ceux ont ont joué nombre d’internationaux français, comme Arsenal, le Bayern ou Juventus. D’autres clubs sont également cités pour des raisons particulières, telles le club argentin de Kimberley.

Et puis dans cet océan de noms propres on voit apparaitre quelques mots communs, des entrées qui pareillement font remonter un souvenir ou suscite la curiosité du lecteur : « Bus », « Boulette », « Clown », « Coiffeurs », « Coup de boule« , « Insulte », « Passeports », « Prison », « Putsch », « Retard », « Salaud », « Sextape ». Et tellement d’autres.

La première édition du Dico des Bleus a vu le jour en novembre 2017. Une version enrichie et mise à jour par un succès en Coupe du Monde est sortie un an plus tard. On espère que la France gagnera très vite une nouvelle Coupe du Monde pour voir paraitre une nouvelle édition.