Jacques Ferrain "Football aventure des hommes"

Récits d’aventure

LIVRE – Le recueil « Football, aventure des hommes » de Jacques Ferran (1965 – La Table Ronde) est devenu au fil du temps un ouvrage de référence et de réflexion sur le football.

Jacques Ferrain "Football aventure des hommes"

Jacques Ferran (1920-2019) est considéré comme l’un des plus éminents journalistes sportifs de la presse écrite. Rédacteur en chef de L’Équipe, directeur de France Football, il a écrit de nombreux ouvrages, sur le foot bien sûr, mais aussi sur bien d’autres domaines, notamment le bridge, ou encore quelques romans.

Au milieu de toutes ces publications ressort un ouvrage indispensable, “Football, aventure des hommes”, un recueil publié en 1965 chez La Table Ronde. En regroupant une somme d’articles rédigés pour la presse dans un seul et même ouvrage, Jacques Ferran nous entraine aux quatre coins du monde, pour exprimer la passion que le foot, dans les années soixante, génère déjà à travers le monde.

Dès le premier chapitre, le journaliste dresse quelques figures de footballeurs en allant rencontrer ceux-ci à travers un moment particulier de leur carrière. On retrouve Alfredo Di Stefano tout juste échappé de l’enlèvement dont il fut victime au Venezuela ou Just Fontaine au moment de la blessure qui met un terme définitif à sa carrière. On passe bien évidemment par le roi Pelé mais aussi par Garrincha dans un texte fourmillant d’anecdotes à la fois précis, drôle et émouvant sur ce footballeur tellement particulier.

Jacques Ferran s’approche ensuite de ces hommes qu’on appelle entraîneurs, notamment Albert Batteux et Helenio Herrera, premiers entraîneurs sans doute à ne plus être considérés comme de simples accompagnateurs, mais de véritables stratèges et meneurs d’hommes. La description de l’échauffement des joueurs du FC Barcelone par Herrera est tout simplement hallucinante.

Le journaliste s’intéresse ensuite à l’équipe de France, entre grandeur et misère, entre sa formidable épopée de 1958 et les contre-performances qui ont immédiatement suivi, entraînant l’équipe tricolore dans l’une des pires périodes de son histoire. Et puisque le foot est avant tout une aventure d’hommes, Ferran discute avec les joueurs, les entraîneurs, les dirigeants à une époque où les discours n’étaient pas convenus et les joueurs n’avaient pas d’attachés de presse.

Plus on tourne les pages de ce livre et plus il devient passionnant. Ferran nous entraîne dans le sillage du Real Madrid et de son charismatique président Santiago Barnabeu. On assiste à un Partizan Belgrade – Real Madrid disputé sous la neige et dans un climat politique tendu. Puis on se retrouve en Colombie pour se faire raconter l’extraordinaire histoire des Millonarios de Bogota. Ou au Pérou pour le récit du drame du stade de Lima en 1964.

Et puis, puisque plus qu’un témoin il fut aussi un acteur de l’évolution du jeu et des compétitions, Ferran raconte comment avec ses amis il créa l’une des plus importantes épreuves du jeu, la Coupe d’Europe des Clubs.

C’est tout le foot des années 1950 et 1960 qui palpite dans cet ouvrage, sa grandeur, ses misères. Ferran évoque aussi les médias, imagine avec autant d’inquiétude que d’optimisme l’avenir de son jeu favori. Cet ouvrage déniché dans une librairie d’occasion à Nantes fut pour l’auteur de ce blog une source d’émerveillement, de réflexion, d’inspiration. L’ouvrage reste aujourd’hui en bonne place sur la table de chevet.