Da ya think I'm football ?

Da ya think I’m football ?

MUSIQUE – Le chanteur Rod Stewart, supporter du Celtic et de l’équipe d’Écosse serait-il l’artiste qui a le plus contribué au rapprochement du foot et du rock ?

« You’re Celtic, United, but baby I’ve decided you’re the best team I’ve ever seen« . Existe-t-il plus belle déclaration d’amour, pour un footeux s’entend, que ce passage du morceau « You’re in My Heart » ?

Un essai à Brentford

Dès le début des années 1970, à une époque où le monde de la musique regarde le foot avec condescendance, Rod Stewart affiche sans ambiguïté son amour pour le ballon rond. Il porte volontiers un maillot de foot, souvent celui de l’Écosse. Il s’affiche auprès de footballeurs réputés avec autant d’enthousiasme que lorsqu’il pose avec les actrices et top models qui traversent sa vie.

La légende colporte que le chanteur-footballeur avait été approché dans sa jeunesse par plusieurs clubs professionnels. En fait, la carrière de Rod Stewart dans le foot pro a été très brève. Un après-midi de l’été 1960, le gamin d’Highgate, alors âgé de 15 ans, fait un essai au sein du Brentford FC, un club professionnel qui évolue en troisième division. L’expérience dure une semaine, le club ne le rappelle pas, fin d’une vocation.

« La vie d’un musicien, c’est quand même beaucoup plus cool, justifiera-t-il des années plus tard. On peut se saouler quand on fait de la musique, mais pas quand on joue au foot. Alors j’ai choisi la musique.« 

Atlantic Crossing

Rodewick David Stewart a grandi à Highgate, un quartier populaire du nord londonien, au sein d’une famille écossaise qui parle foot du matin au soir. Le père est fan d’Hibernian. Il joue tous les dimanches dans le club du coin et s’occupe des équipes de jeunes. La passion est transmise à ses trois fils dont Rod, le plus doué. Celui-ci est devenu supporter d’Arsenal, mais ses frangins parviennent à recadrer cette passion pour le onze de l’équipe d’Écosse et ces joueurs au maillot noir qui ornent les murs de la chambre.

rod-stewart-scotland-3

Rod Stewart est est doté d’une solide constitution physique et d’une agressivité qui lui permet de prendre le pas sur ses adversaires. Il devient rapidement le capitaine de l’équipe de son école où il joue comme avant-centre. Mais il s’intéresse également à la musique, une passion qui grandit lorsque son père lui offre une guitare à Noël.

Après l’échec de Brentford, Rod Stewart oublie le foot et s’en va voir du pays. Après une longue errance où il traîne tel un clochard à Paris, à Rome, à Madrid, il revient à la musique avec Jeff Beck qui lui confie le chant au sein de son groupe. Le mythique album « Beck-Ola » (1969) lance définitivement sa carrière. Rod Stewart évoluera ensuite avec le groupe The Faces tout en enregistrant des disques en son nom.

Sur l’album « Atlantic Crossing » sorti en 1975, Rod Stewart reprend « Sailing » un morceau oublié du groupe The Sutherland Brothers, qu’il transforme en tube planétaire. A tel point que sa version est reprise par la Royal Navy, puis par les supporters du Celtic Football Club.

You’re In My Heart

Toujours prêt à servir la cause du foot, Rod Stewart répond à l’appel de son ami Elton John pour un concert à Vicarage Road, destiné à récolter des fonds pour le Watford FC, dont le chanteur à lunettes deviendra président.

rod-stewart-scotland-2

C’est en 1977, sur le double album « Foot Loose & Fancy Free » qu’apparaît le morceau « You’re In My Heart » dédiée à l’actrice Britt Eklund, sa girlfriend de l’époque. Le chanteur amoureux cite ses deux clubs favoris, « Celtic » et « United« .

Le Celtic restera la passion d’une vie (même s’il porte le maillot des Rangers sur de nombreuses photos). Quand à « United« , il s’agit bien du club de Manchester, une passion épisodique qui s’éteindra à petit feu. Le chanteur expliquera qu’il appréciait MU à l’époque où y jouaient de nombreux joueurs écossais, parmi lesquels son quasi-sosie Denis Law.

Tartan Army

Mais Rod Stewart, c’est surtout l’équipe d’Écosse. Il n’est pas rare d’apercevoir sa tignasse hirsute au sein de la Tartan Army, l’impressionnant contingent de supporters qui suit le onze au chardon partout où il évolue. Le chanteur préfère les parcages aux tribunes officielles et reste fidèle pour le meilleur et pour le pire.

Le pire, c’est la chanson « Ole Ola » que Stewart enregistre en 1978 à l’occasion de la Coupe du Monde en Argentine. Un morceau stupide et navrant qui portera sans doute malchance aux Dalglish, Souness et autres Gemmill, sûrs de remporter le trophée et qui finalement ne passeront pas le premier tour.

En dépit de cet échec, Rod Stewart est certainement l’artiste qui a le plus contribué au rapprochement du foot et du rock. Durant ses séjours aux États-Unis, il joue pour les L.A. Exiles, une équipe de ligue amateur en Californie composée d’expatriés anglais, parmi lesquels Billy Duffy, le guitariste de The Cult.

Un enthousiasme de jeune fan

Aujourd’hui encore, le vieux rocker manifeste un enthousiasme de junior dès qu’il est question de ballon rond. En novembre 2012, on a tous été émus de le voir pleurer dans les tribunes du Celtic Park après la victoire inespérée de son club chéri contre le FC Barcelone. Une image qui n’était pas sans rappeler les larmes d’Elton John une fin d’après-midi à Wembley, en 1984, où Watford avait perdu la finale de la Cup.

rod-stewart-scene

En janvier 2016, Rod Stewart a fait un don de 10.000 livres au club de Carlisle United (quatrième division) afin qu’il puisse réparer les dégâts que de fortes pluies ont causé sur son stade de Brunton Park. Plus tard, invité au tirage au sort de la Coupe d’Écosse, la rock star de plus de 70 ans dynamite la cérémonie avec un enthousiasme de jeune fan.

Anobli par le prince William en 2016, Sir Roderick David Stewart a toujours gardé intacte sa passion du foot et du rock’n’roll. Sans doute a-t-il trouvé dans cette combinaison la recette de la jeunesse éternelle.

A propos de Rod Stewart et de l’équipe d’Ecosse