Liverbird, l'oiseau de Liverpool

Liverbird, l’oiseau de Liverpool

BLASON – Un étrange oiseau figure sur le blason sur Liverpool FC. Mi-aigle, mi-cormoran, le liverbird est un animal imaginaire symbole de la cité de la Mersey.

Le club de Liverpool a une identité très forte dans le monde du foot. Fondé en 1892, il se pose d’abord en rival du Everton FC puis s’émancipe avec la ferveur exceptionnelle d’une tribune du stade Anfield, le Kop. Le Liverpool FC et son maillot rouge s’imposent rapidement au sein du foot anglais remportant plusieurs titres et coupes dès le début du siècle.

En choisissant son nom, le club a affiché sa volonté d’être celui d’une ville entière et pas seulement d’un quartier. Très vite, il adopte l’un des symboles de la cité, le liverbird, qui prend place dès 1901 sur la blason du club. Il s’agit d’un oiseau imaginaire, à mi chemin entre l’aigle et le cormoran, tenant en son bec un brin de genêt. Deux statues se trouvent au sommets des tours du Royal Liver Building sur les quais de la Mersey. L’un est tourné vers la mer, pour veiller à ce que les marins entrent au port en toute sécurité, l’autre vers la ville, pour veiller aux habitants restés sur place.

Il s’agirait d’un mâle et d’une femelle, mais selon les versions, on ne sait pas finalement lequel des deux regarde vers la mer et vers la ville. Les seuls points où les versions s’accordent, c’est que si un jour ce couple d’oiseaux venait à s’envoler pour d’autres contrées, cela signifierait la fin de la ville de Liverpool.

C’est en 1955 que le liverbird fait son apparition sur l’écusson du club. Sur le maillot, il orne la poitrine des joueurs représenté en rouge sur un ovale blanc. Dans les années 1960, le club se pose sur le devant de la scène grâce à la personnalité de l’entraîneur Bill Shankly, qui impose à ses joueurs une tunique entièrement rouge. Au même moment, les supporters s’approprient la chanson « You’ll never walk alone » au point d’en faire l’un des plus beaux chants de stade.

Dans les années 1970, l’oiseau est sobrement représenté en blanc sur le fond rouge du maillot. Il passera en jaune dans les années 1980. C’est la plus grande période de l’histoire du club, celle des quatre Coupes d’Europe en huit ans avec des joueurs mythiques comme Kevin Keegan, Kenny Dalglish, Graeme Souness, Phil Neal, Ian Rush…

L’image du club, flamboyante et positive, s’est soudainement assombrie au milieu des années 1980. Les hooligans du L.F.C. sont les principaux responsables du drame du Heysel qui fera 39 morts en 1985 à l’occasion de la finale de la Coupe des Champions à Bruxelles. Quatre ans plus tard, le deuil frappe à nouveau le club quand 96 personnes trouvent la mort dans une bousculade au stade Hillsborough de Sheffield. Peut-être a-t-on pensé alors que le liverbird était sur le point de quitter la ville.

Très marqué par cette période sombre, le club de Liverpool a mis du temps à retrouver les sommets. Son dernier titre de champion d’Angleterre date de 1990. Il est dépassé en notoriété par Manchester United, Chelsea, Arsenal et Manchester City.

Dans le même temps, le blason du club évolue de façon significative. A l’occasion du centenaire du club, l’oiseau diminue en taille pour laisser place à un lettrage plus important pour le nom du club. Au dessus du blason est représenté la grille d’entrée du Shankly Gates où est inscrite le titre de la chanson « You’ll never walk alone« , devenu la devise du club. Au dessous, on rappelle l’année de naissance du club. Sur les cotés, deux flammes ont été apposées en hommage au mémorial des victimes d’Hillsborough. A fort dominante rouge et jaune, le blason passe aux parements verts foncés à l’orée du nouveau siècle.

Sur les terrains, on retrouve le Liverpool FC au début des années 2000, avec une extraordinaire finale de Coupe UEFA remportée 5-4 contre Alavès en 2001. Le trophée est accompagné d’une multitude d’autres conquis la même année : Cup d’Angleterre, League Cup, Community Shield, Super-Coupe d’Europe, sans oublier le Ballon d’Or pour Michael Owen. Quatre ans plus tard, c’est Istanbul et une nouvelle finale de pure folie où menés 0-3 par l’AC Milan, les Reds renversent la vapeur et s’imposent aux tirs au but dans une ambiance indescriptible.

Liverpool n’est pas un club comme les autres. Flamboyant, irrésistible, il est marqué par la ferveur de ses supporters, par leurs excès et les drames qui ont endeuillé la cité.

Le liverbird, symbole de la ville de Liverpool, a également été adopté dans les armoiries de Paul Mac Cartney, le bassiste des Beatles, autre symbole de la cité de la Mersey.