Johan Micoud

La compil à Micoud

COMPILATION – En 2010, l’ancien footballeur Johan Micoud parvient à réunir 19 groupes et musiciens français pour « Pop’n’Foot » (Virage Tracks) une compilation de morceaux entièrement consacrés au ballon rond.

Après une carrière bien remplie qui l’a vu passer de l’AS Cannes au Werder Brême en passant par les Girondins de Bordeaux, l’international Johan Micoud (17 sélections avec l’équipe de France) profite de sa retraite de footballeur pour se consacrer à sa passion, le rock. Il rencontre le musicien Laurent Dory, ancien chanteur des Straw Dogs, avec qui il fonde le label Virage Tracks. De cette rencontre entre foot et musique naît presque naturellement l’idée d’une compilation où les morceaux de rock font la part belle au ballon rond.

Le duo contacte ainsi plusieurs groupes de la scène française, des connus et des moins connus, en leur demandant de créer une chanson pour la cause. Dix-sept créations sont sélectionnées sur la compilation « Pop’n’Foot » sortie en 2010, auxquelles ont été ajoutés deux morceaux pas vraiment inédits mais ô combien indispensables : « Evoluer en Troisième Division » de Miossec (1995) et « La Footballeuse de Sherbrooke » de Mickey 3D (2009).

Pop'n'Foot

L’engagement est donné par Dionysos avec « La belle au bond » qui démarre fort mais qui finalement se contente de faire tourner le ballon.

Au dessus du mur de Berlin,
Comme un Platini de 81,
Il me faudrait catapulter
Le plus beau des coup-francs joliment brossés

C’est Luke qui lance ensuite les premières actions intéressantes avec « Je ne sais pas ».

Je ne sais pas si l’amour
C’est cette balle après laquelle je cours

H-Burns joue la sécurité avec « London calls from ever » en anglais dans le texte, immédiatement imité par Bikini Machine et son « Batch of goals« .

La balle arrive dans les pieds de Mickey 3D qui à mi-chemin entre « Johnny Rep » et « #cpasgrave » avait glissé en 2009 une délicieuse « Petite footballeuse de Sherbrooke » dans son album « La grande évasion » et qui retrouve du temps de jeu sur la présente compilation.

Avec son chignon sur sa tête et son T-shirt un peu serré
Ses chaussures blanches et ses chaussettes jusqu’aux genoux, bien remontées
La petite footballeuse de Sherbrooke avait les jambes un peu musclées
Plus proches de celles de Ribery que celles d’Angelina Jolie

En numéro 6, Music is Not Fun révise ses classiques pop  et rend avec « Manchestooh » un hommage enthousiaste à Eric Cantona.

Le coach Laurent Dory donne de la voix avec son nouveau groupe, Robert & Mitchum qui évoque ses souvenirs de jeunesse à travers le « Pschitt Orange ou Pschitt Citron » cette odieuse boisson gazeuse que l’on distribuait aux gamins à la fin des matches.

On passe ensuite la balle à The Electric Fresco, un pseudo derrière lequel se cache Thierry Duvigneau, plus connu sous le nom de Kid Pharaon. Avec « My football shoes« , le Bordelais signe un de ses ultimes morceaux.

Le jeu se poursuit avec les délicieux The Pepper Pots qui avec « You’re the one » adoptent le ballon rond dans leur univers sixties mâtiné de Tamla Motown.

Les toulousains de Zebda ressortent un vieux « Cameroun » datant de 1995 en hommage aux Lions Indomptables et le modernisent sous le titre de « Champions du monde » pour la compilation.

Aspo reprend de volée un vieux morceau, « City and United« , un calypso des années 1950 composé et interprété par Lord Kitchener, un Trinidadien installé à Manchester. Le morceau original figure d’ailleurs sur la compilation « This is So Foot« .

Georges Johann sollicite Oxmo Puccimo pour « Arsène » alias Arsène Wenger, l’éternel entraîneur d’Arsenal.

Ce soir j’ai la classe d’un attaquant
Arsène fais de moi le plus grand
Ce soir Arsenal je joue la mi-temps
Comme un rêve comme un grand

En numéro 13, attendant patiemment son heure sur le banc, Miossec sort sa bonne carcasse et relance son classique indémodable  « Evoluer en troisième division » (1995) qui sent la bière et l’animal, le tacle et la mauvaise foi.

Un dénommé Richard Jones apparait ensuite avec « United« , sans doute un homonyme d’un grand espoir du foot anglais formé à Manchester mais dont la carrière s’est finalement déroulée dans de petits clubs.

Les dénommés Fatty & Shorty Ramone (sans doute un nom d’emprunt) réussissent un joli coup en transformant un classique des Ramones en un poilant « The PSG took my baby away« .

Yann Seul entonne dans sa « Lettre à Battiston » quelques mots qu’aurait dû adresser Harald Shumacher au défenseur français après l’avoir percuté lors du traumatisant France-RFA de 1982.

Le groupe The Rest of Alfredo Garcia s’intéresse dans « Goalfinger » a un gardien de but qui désespère d’attirer l’attention d’une jolie spectatrice.

On n’oubliera pas de citer la contribution de Macadam Club avec « Broken kids society« .

Et c’est Johan Micoud lui-même qui ferme la marche avec « La finale des poussins » où il évoque des souvenirs un peu convenus sur un morceau parlé qui rappelle un peu… Joël Bats. Chacun son métier.

Johan Micoud

La compilation « Pop’n’Foot » est sortie le 15 mai 2010, accompagnée quelques jours plus tard d’un festival rock et foot à Bordeaux avec tournoi de foot en salle et concerts à la Rock School Barbey. Le CD est devenu aujourd’hui un classique à ranger dans sa discographie entre les indispensables « Amour Foot » (1998) et « This is So Foot » (2005).