Ecosse 1978

Flower power

HYMNE – La chanson « Flower of Scotland » accompagne depuis quelques décennies les équipes d’Écosse de foot et de rugby sur tous les terrains du monde. Pour la plus grande joie des mélomanes.

De l’avis des commentateurs sportifs, « Flowers of Scotland » est le plus beau des hymnes entendus en préambule des matches internationaux. C’est un avis très partagé sur le plan musical, sauf qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’un hymne national.

L’Écosse est l’une des quatre nations constitutives du Royaume Uni. A ce titre, l’hymne qui accompagne les équipes au chardon sur tous les terrains du monde devrait être l’horripilant « God save the Queen« . C’est d’ailleurs le cas durant de longues années, jusqu’en 1977, où le onze d’Écosse parvient à imposer « Scotland the Brave« .

« Flower of Scotland » est un morceau très récent, pour un hymne s’entend. Il a été composé en 1967 par le groupe The Corries et son chanteur Roy Williamson. Il s’agit d’un morceau clairement patriotique, qui exalte les paysages des Highlands, mais aussi la rancune envers l’Anglais : le texte répète inlassablement que l’Écosse doit redevenir cette nation qui a repoussé la fière armée d’Edouard II à Bannockburn en 1314.

And be the nation again
that stood against him (England!)
proud Edward’s army
and sent him homeward
tae think again.

La chanson des Corries est rapidement adoptée dans les tribunes du rugby écossais. Elle accompagne notamment l’équipe des Lions britanniques et irlandais à l’occasion d’une tournée en Afrique du Sud en 1974.

Roy Williamson est mort en août 1990. Quelques mois plus tôt, il a pu voir sa chanson passer des tribunes écossaises au terrain. A la demande des joueurs, le morceau est chanté juste avant un Écosse-Angleterre de rugby à Murrayfield, ultime rencontre du Tournoi des Cinq Nations où le XV du Chardon réalise le Grand Chelem (voir video).

En 1993, « Flower of Scotland » est définitivement adopté comme hymne national pour l’équipe de rugby. L’équipe de foot suit aussitôt.

Depuis toujours, le ton ouvertement anti-anglais de la chanson fait débat. Des politiciens écossais demandent souvent de retirer cette chanson des rencontres sportives. D’autres au contraire demandent à ce qu’elle soit officialisée comme un véritable hymne national, rappelant que même « God Save The Queen » contient un couplet (rarement joué) qui appelle à « écraser les Écossais rebelles« .

Les paroles guerrières sont inhérentes aux chants patriotiques et aux hymnes nationaux que l’on joue dans les enceintes sportives. Faut-il donc jouer les hymnes avant les matches ? Faut-il maintenir les épreuves qui opposent des équipes représentatives de pays ? Éternel débat qui ne nous enlèvera pas le plaisir d’écouter et réécouter « Flower of Scotland« .

Post-scriptum :

  • Version française : « Oh Ville lumière » est une chanson des supporters du Paris Saint-Germain, qui n’ont rien trouvé de mieux que d’appliquer des paroles françaises sur « Flowers of Scotland« .  Ça sonne un peu comme du Johnny Hallyday qui reprend les Animals. En pire.