L'apprentie Sorcière (Walt Disney)

Une sorcière bien aimée

EXTRAIT – Quelques minutes de foot en plus dans « Bedknobs and Broomsticks » (L’apprentie sorcière en V.F.), un film de Robert Stevenson (1971) produit par les studios Walt Disney.

Il aura fallu attendre leur vingt-sixième long-métrage pour que les studios Walt Disney nous offrent enfin une partie de football. Il est vrai d’une part qu’aux Etats Unis, notre soccer est une activité très marginale, et d’autre part qu’aucun des contes du folklore européen que les studios Disney se plaisent à mettre en image ne s’approchait de l’univers du ballon rond.

Sorcellerie par correspondance

C’est en adaptant deux romans de Mary Norton parus en 1943, « The Magic Bed Knob or How to Become a Witch in Ten Easy Lessons » et « Bonfires and Broomsticks » que Disney créa en 1971 « L’apprentie sorcière » ou « Bedknobs and Broomsticks » dans sa version originale.

A la manière de Mary Poppins sorti sept ans plus tôt, le film mêle de l’animation aux prises de vues réelles. Il raconte l’histoire de trois enfants recueillis durant la guerre par une vieille demoiselle qui prend des cours de sorcellerie par correspondance. Ce petit monde se retrouve propulsé dans un monde féérique à la recherche d’une étoile que porte le Roi.

L’étoile de Naboombu

C’est à l’issue du match de football qui oppose différents animaux sauvages sur l’île de Naboombu que nos héros parviendront à s’emparer de l’étoile en question.

En dépit de nombreuses nominations aux Oscars de 1972, « L’apprentie sorcière » n’est pas un des meilleurs films réalisés par Disney. Le public lui reprochera d’avoir utilisé les recettes de Mary Poppins sans en atteindre la féérie. Finalement, le film n’est resté dans les mémoires que grâce à cette partie de foot.

En 1982, les bureaux de poste d’Anguilla célèbrent la Coupe du Monde en s’inspirant du dessin animé de Walt Disney

A propos de l’Apprentie sorcière et de Walt Disney