Jacques Villeret ("Le dîner de cons")

Le foot, une affaire de cons

EXTRAIT – Quelques minutes de foot en plus dans « Le dîner de cons » de Francis Veber (1997) où l’on apprend qu’un « con » est avant tout un homme qui parle de football.

François Pignon (Jacques Villeret) fait appel à son collègue Lucien Cheval (Daniel Prévost) pour régler une affaire. La discussion entre les deux hommes tourne rapidement à la chose footballistique, l’un étant supporter de Marseille, l’autre d’Auxerre. La passion du ballon prend tellement le dessus que les deux hommes oublient le réel objet de l’appel.

Comment il va monsieur l’Auxerrois ?

Francis Veber est l’auteur du « Dîner de Cons« , la pièce de théâtre qu’il a monté en 1993 puis adapté au cinéma cinq ans plus tard. Le film a fait neuf millions d’entrées dans les salles en 1998.

Dans la pièce comme dans le film, le foot est l’apanage des gens ordinaires incarnés dans le film par Jacques Villeret et Daniel Prévost. Il n’est rien d’autre qu’une beauferie de plus aux yeux de l’élite auto-proclamée que représentent Thierry Lhermitte et Francis Huster.

Dans des versions étrangères du film, Pignon n’est plus supporter d’Auxerre mais du Paris Saint Germain. Sans doute de peur que l’opposition grand club contre club de petite ville, une spécificité bien française, ait moins d’impact auprès du public étranger, où la notion de rivalité entre PSG et OM est plus évidente.

Il n’a pas de prénom ?

En tout cas, Francis Veber semble attaché à ce club d’Auxerre. N’est-il pas le co-auteur avec Jean-Jacques Annaud de « Coup de Tête » principalement tourné avec le club bourguignon ?

Jacques Villeret (meilleur acteur) et Daniel Prévost (meilleur second rôle) ont chacun reçu un César pour leurs rôles. « Le Dîner de Cons » a raflé un troisième César, celui du meilleur scénario.

Un autre passage savoureux du film pourrait également être rapproché du monde du football : « Il s’appelle Juste Leblanc – Ah bon ? Il n’a pas de prénom ?« . Il se raconte (sans que cela soit vraiment confirmé) que cette anecdote aurait pour origine une mésaventure qu’aurait souvent raconté un ancien footballeur, le célèbre Just Fontaine.

A propos du Dîner de cons et de François Pignon