The autobiography of a footeux

The autobiography of a footeux

BANDE DESSINEE – Les planches So Foot et les strips Libération du plus grand foot-critic des Deux-Sèvres, le dénommé Bouzard, sont compilées dans deux albums indispensables, sobrement intitulés « Football Football« .

Guillaume Bouzard s’est fait un nom dans la BD grâce à quelques albums parmi lesquels « The autobiography of a Mitroll » ou « The autobiography of me too« . Il s’est aussi distingué en signant chaque mois dans le mensuel So Foot une planche racontant sa vision du football.

Le scénario est immuable. Un lecteur de So Foot, à la manière du jeune lecteur du Var de Gai Luron (Gotlib) pose à Bouzard les grandes questions du monde du ballon rond : Quel est le secret du foot brésilien ? Quel est le lien de parenté entre Johnny Rotten et Jérôme Rothen ? Pourquoi les footballeurs sont-ils mal coiffés ? Steve Marlet est-il le fils caché de Bob Marley ? Les Allemands portent-ils toujours la moustache blonde ? Horst Hrubesch et Boris Karloff sont-ils cousins ? Pourquoi le foot c’était mieux avant ?

Il reste onze cases à l’auteur pour donner une réponse. Pour cela, il fait appel à quelques personnages du foot contemporain : Michel Platini, ancien grand joueur devenu un dirigeant idéaliste mais un peu aigri, Frédéric Thiriez, patron du foot français toujours pas revenu du temps des Brigades du Tigre, Raymond Domenech, sélectionneur incompris et envoûté, Jean-Michel Aulas, président de club paranoïaque et dépressif, et… Guillaume Bouzard lui-même, passionné de foot affalé devant la télévision, observant le cirque du foot pro et le confrontant avec le foot d’en-bas.

« Football, football » tomes 1 et 2 sont des recueils des ces planches qui ont ouvert chaque numéro de So Foot. On y trouve aussi les strips parus dans « Libération » lors des Coupes du Monde 2006 et 2010 sans oublier l’Euro 2008. Evidemment, si d’une manière générale les choses du foot vous échappent, inutile de lire cette série qui s’adresse avant tout à des lecteurs avertis. Tournez-vous alors vers les autres albums de Bouzard, les fameuses « Autobiography« .

Ces vignettes éparses ont été collées les unes après les autres sans souci de cohérence. Elle ont juste pour but de donner un aperçu des talents de Guillaume Bouzard.