pub nike park 1998

Nike et le football totalitaire

PUB – En juin 1998, à l’occasion de la Coupe du Monde, la firme Nike impose son barnum sur le Parvis de la Défense à Paris. Les affiches, d’un goût jugé douteux, furent interdites par la Mairie de Paris.

Le concurrent Adidas étant le sponsor officiel de la Coupe du Monde 1998, la firme Nike s’efforce de ne pas passer inaperçue lors du passage des meilleurs footballeurs du monde en France. Outre quelques spots publicitaires plutôt bien torchés (voir Brazil Airport), la marque américaine installe son barnum sur l’esplanade de la Défense à Paris. Cela s’appelle Nike Park, un parc d’attraction provisoire sur le thème du football, proposant entre autres un tournoi ouvert aux jeunes.

En terme de visibilité, l’objectif est atteint avec le scandale provoqué par les affiches vantant Nike Park : Un graphisme rappelant la propagande des Républiques Populaires de l’ancien bloc de l’Est détourné à la gloire du ballon rond. Esthétiquement réussies, mais jugées par certains quelque peu provocatrices.

« Cette ressemblance avec les affiches des régimes totalitaires pouvait-elle être fortuite ? » s’interroge le quotidien L’Humanité. Dans le groupe américain, on prétend que la presse « suranalyse » et « surcharge politiquement » cette campagne. La similitude entre le buste stylisé de Cantona, « président de la république populaire du football » et celle de Benito Mussolini pour une campagne fasciste de 1932 ne peut pas être un hasard. De même, l’architecture des bâtiments s’inspire largement du style des monuments réalisés durant la période du « réalisme socialiste », dans les ex-pays socialistes« 

Le M.R.A.P. (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples) a rapidement dénoncé cette « propagande douteuse et dangereuse » et est parvenu à faire retirer les affiches des murs de Paris. « Notre intention était de faire une parodie des républiques populaires déclarèrent pour leur défense les responsables publicitaires de Nike France. Mais il n’a jamais été dans nos intentions de choquer qui que ce soit. »